Romans Ados


Un roman choral comme on les aime!!

 

Iris, Paul, Rébecca, Marion, Alex et Sam sont amis depuis la sixième. Chacun avec son histoire personnelle, ses peurs, ses doutes, ses sentiments. 

Cette année c'est la dernière ligne droite pour eux: la terminale. Le bac, les projets d'avenir, l'inconnu. 

Entre les nombreuses disputes et incompréhensions avec les parents, l'amour et les sentiments inavoués de certains, les difficiles choix de leurs études etc.. les  6 ados vont vivre une année mouvementée agrémentée de plusieurs gros coups durs.

Une écriture sincère, brute et très fluide qui va immédiatement vous embarquer dans ce petit groupe d'amis

 

Hâte de lire le tome 2 

 

A lire absolument

Jeanne R.


Un petit bijou

 

Napoléon, un ancien boxeur de 85 ans, décide de divorcer de sa charmante épouse Joséphine pour gagner en liberté et mener sa bataille contre son possible placement en maison de retraite dont il soupçonne son fils d'en être l'organisateur. 

A l'aide de son petit fils Léonard dont il est extrêmement proche et avec qui il communique en espéranto, ces deux larrons vont faire absolument tous les coups possibles au son de claude françois notamment de la fameuse chanson "barracudaaa"

 

Mais Napoléon est malade, la maladie gagne du terrain, Léonard va l'aider à résister à tout y compris à son propre fils jusque la fin, et la délivrance de son secret.... 

 

Un beau roman d'amour, d'amitié, de transmission mais aussi sur la pudeur des hommes, des pères, les difficultés de la vieillesse, aussi bien pour la personne âgée que pour son entourage d'ailleurs ! 

 

Un roman à double édition puisqu'il peut être aussi bien lu par des lecteurs adultes qu'en littérature jeunesse! 

 

A ne pas rater!

 

Jeanne R.


Quand le premier amour coïncide avec les attentats de 2015

 

Caumes (oui je sais, drôle de prénom) à 17 ans, les hormones en ébullition, surtout quand il croise la belle Esther. Et puis un jour le miracle se produit, elle le remarque et tous les deux vont vivre une belle histoire d'amour. 

Par contre niveau timing, l'histoire d'amour tombe au mauvais moment : 7 janvier 2015, tuerie de Charlie Hebdo, puis la prise d'otage à l'hyper casher de Vincennes. 

Dans le lycée de Caumes, les cours de philo permettent à chacun d'exprimer ses peurs, ses questionnements, ses opinions. Entre Esther, d'origine juive, Hakim l'ami homosexuel harcelé, Kevin le pote adepte de la théorie du complot, l'auteur présente un panel des opinions de la population française à ce moment là. 

Entre monde d'ado et monde d'adultes, Caumes tente d'assumer ses opinions tout en poursuivant son histoire avec Esther, en défendant Hakim et en pensant à son avenir post-bac. 

Après le premier amour plus rien n'est jamais pareil mais quand vos ados sont en prime confrontés au terrorisme, la perte de repères et l'angoisse du futur sont compliqués à expliquer, à rassurer, à relativiser. 

Un très beau roman dont on a hâte de lire la suite!!

A partir de 15 ans.

 

Jeanne R. 


A lire!!

 

Dans le village de Kosh, adolescent amoureux de la magnifique Lou sa voisine, la pluie tombe en discontinue depuis plusieurs mois. Un jour, le village doit être évacué d'urgence avant l’inondation. Kosh doit alors prendre en charge son frère Malcom, Lou, son petit frère Noah et sa petite soeur Ombre (encore un bébé). Au moment d"évacuer la zone il voit ses parents périrent sous ses yeux et doit s'enfuir avec Lou et les petits.

Dans un monde apocalyptique, Kosh et Lou tentent de retrouver les parents de cette dernière mais la chaos dans lequel le monde est plongé va les séparer. 

La deuxième partie du roman est épistolaire. Elle concerne les lettres écrites de Kosh sur le bateau dans lequel il s'est retrouvé avec Noah et la petite Ombre à Lou, restée sur la terre ferme avec Malcolm. 

Mais les forts caractères de Noah et sa nouvelle amie Chloé vont vite attirer des problèmes à Kosh... 

On adore!

 

Hâte de connaitre la suite! Sortie prévue en septembre 2017;

 

Jeanne R.

 

 

 


Un roman exceptionnel !!

 

Willowdean est une ado rondouillarde qui a la nonchalance d'une ado, une bonne dose de maturité (à souligner car assez rare à son âge) notamment dû au fait qu'elle soit en plein deuil de sa tante adorée, une meilleure amie physiquement parfaite avec qui elle partage la passion de Dolly Parton, le chanteuse country des années 70 et une maman infirmière qui, à ses heures perdues, gère d'une main de maître le concours de beauté local qu'elle a remporté dans sa jeunesse. 

 

Parfaitement consciente de la volonté de sa mère de la voir maigrir, Willowdean cohabite avec cette femme, ancienne grosse, qui ne cesse d'espérer un déclic chez sa fille et une prise en main de son poids. Les scènes de disputes et les petites phrases que la mère glisse à Willowdean (qu'elle affuble de l'affreux surnom "boulette") sont hyper réalistes, pour tous ceux qui ont eu le droit aux mêmes genres de phrases dans leur enfance. On ressent bien le malaise dans la relation mère-fille, on comprend les inquiétudes de la mère, on fulmine devant autant de maladresse lorsqu'elle aborde le sujet, on admire les réponses de Willowdean pour une ado, censée être mal dans sa peau, on se dit que si sa mère lui foutait la paix, elle s'en tirerait très bien toute seule. 

Toutes les certitudes de cette fameuse Will s'effondrent le jour où Bo, le beau gosse de son job étudiant en restauration rapide, l'embrasse. Là, c'est la catastrophe, Willowdean perd le peu de confiance qu'elle avait et ne comprend absolument pas ce que ce garçon lui trouve. Les scènes de premiers baisers et de premiers rencards avec Bo sont touchantes de sincérité et de maladresse, surtout racontés du point de vue de la jeune fille. 

L'arrivée de Bo dans son lycée, l'éloignement avec sa meilleure amie et la volonté de ne pas oublier sa tante Lucy la poussent à prendre une décision radicale : s'inscrire à se foutu concours de beauté. Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que tout un groupe de filles "différentes" n'attendaient que ça pour se joindre à elle, bouleversant toutes les certitudes sexistes de Clover City. 

Ce roman est juste une Merveille!! A lire qu'on soit jeune, adulte, enfant, parent, gros, mince, absolument tout le monde doit le lire!! C'est une vraie leçon de vie, on aime immédiatement Willowdean pour ce qu'elle est : drôle, intelligente, lucide et surtout touchante. 

 

" Je ne suis pas obligée de porter une robe au boulot. Il existe un pantalon d'uniforme en polyester, mais sa taille élastique ne l'est pas tout à fait assez pour que mes hanches passent. Je considère que c'est entièrement sa faute. Je refuse de considérer mes hanches comme une nuisance: de mon point de vue, elles sont un atout. Par exemple, si nous étions en 1642, j'aurais tellement de facilité à accoucher que je vaudrais autant qu'un troupeau de vaches, ou quelque chose dans le genre". 

 

"Je déteste voir les filles grosses à la télé ou dans les films, parce que la seule raison pour laquelle il semble acceptable de les montrer à l'écran, c'est qu'elles sont super mal dans leur peau ou qu'elles jouent le rôle de la copine moche mais sympa. Je ne me retrouve dans aucun des deux cas". 

 

Jeanne R.


Quel talent !!!

 

Le principe de U4 est très simple : 4 auteurs, 4 personnages, 1 même trame que voici : 

- Un virus appelé U4 a tué 90% de la population en une semaine. Seuls les ados entre 15 et 18 ans ainsi qu'une poignet d'adultes semblent épargnés. 

Chaque tome raconte l'histoire d'un adolescent (4 tomes au total) et sa survie dans une France complètement décimée. Ces ados ont la particularité de jouer à un jeu en ligne appelé " Warriors of times" (WOT) dont le créateur Khronos a laissé un mystérieux message appelant les joueurs à le rejoindre le 24 décembre à Paris pour contrer ce virus. 

Tous en danger par la menace de groupes ultra violents et les membres de l'armée qui tentent d'attraper les survivants, chaque tome raconte le périple de ces ados pour rejoindre la capitale et tenter d'être présent au rendez vous fixé. 

A noter que les 4 romans se lisent indépendamment les uns des autres et se basent sur le point de vue et l'histoire personnelle de chaque adolescent. Ce tome sur Koridwen, se base donc sur une ado rescapée dans sa campagne bretonne qui décide de se mettre en route avec son cousin, seuls et sans aucun repère. Sur fond de culture celtique et de dons de voyance hérités de sa grand-mère, Koridwen n'écoute que son courage pour se raccrocher au seul espoir qu'elle puisse avoir : arriver au point de rendez vous le 24 décembre et tenter de stopper ce fameux virus U4. L'immersion dans un monde angoissant et incertain est totale, on plonge immédiatement dans cette course contre la montre semée d’embûches. Au point de s'entendre dire " mais pourquoi sort-elle de de sa cachette?? Elle devrait attendre le 24 décembre bien cachée au lieu de prendre autant de risques!!!" (oui je sais je ne suis pas très courageuse). Un rythme soutenu, une tension palpable, un attachement immédiat pour le personnage, vivement la lecture des 3 autres tomes!!! 

 

Absolument dingue! A lire de toute urgence!

 

Jeanne R.


Prix du premier roman jeunesse Gallimard jeunesse Télérama et RTL

 

Dans ce roman, la Commune de Paris en 1871 n'a pas connu la même fin. En effet, les communards ont gagné, entraînant l'indépendant de Paris, devenue une Cité-Etat au nom de Larispem. 

Larispem est l'argot des bouchers de la ville dont Carmine fait partie. Cette ado, fille de Jean Noir, domestique ayant assassiné ses patrons aristocrates, est une débrouillarde qui explore les anciennes maisons bourgeoises pour revendre les trésors trouvés au marché noir. 

Son acolyte, Liberté, jeune mécanicienne seule dans Larispem, est toujours de la partie. 

Mais l'histoire va prendre une drôle de tournure lorsqu'elles tombent sur un livre codé mettant en lumière une société secrète. A-t-elle un lien avec cette phrase hurlée par les robots trafiqués : "LE SANG JAMAIS N'OUBLIE"? Carmine et Liberté ne vont pas être les seules à le découvrir. 

Un jeune orphelin, Nathanaël va lui aussi voir sa vie prendre une nouvelle tournure. Son sang semble intéresser vivement un de ses professeurs et sans comprendre ce qu'il se passe, il se retrouve dans un groupe de jeunes orphelins dirigés par ce dernier pour des raisons aussi bien personnelles que patriotiques : reprendre le pouvoir à Larispem en renversant les bouchers.

Une histoire exceptionnelle qui plonge le lecteur dans le destin de ces trois ados dans un Paris imaginaire du 19 ème siècle. On comprend pourquoi l'auteure a remporté le prix du premier roman jeunesse!!

 

Un roman absolument incroyable !! A lire de toute urgence et vivement la suite !! 

 

Jeanne R.

 


Gros gros coup de cœur !

 

Durant toute son enfance, Jacob écoute les histoires extraordinaires contées par son grand-père Abraham Portman. Ce dernier a fui les nazis lorsqu'il était enfant et a trouvé refuge sur une île perdue au large du Pays de Galles. Île qui abritait selon ses dires, une colonie d'enfants très spéciaux. Y croyant dur comme fer pendant son jeune âge, Jacob comprend un jour qu'il ne s'agissait que du fruit de l'imagination débordante de son grand-père.

Les années passent, Jacob grandit, et à 16 ans son monde s'écroule. Son grand père adoré meurt dans d'étranges circonstances. Enfin, seul Jacob les trouvent étranges car personnes ne le croit : il est persuadé qu'il a été tué par un monstre. Sur les conseils de son psychiatre, et d'un carnet retrouvé dans la maison d'Abraham, il décide d'aller visiter cette mystérieuse île dont il a si souvent entendu parlé durant son enfance, accompagné de son père. 

Là, les événements vont prendre une tournure absolument fantastique et irréelle. 

Ce roman extrêmement bien illustré par les photographies des enfants particuliers dont Abraham fait référence, est absolument incroyable. 

Sur un sujet aussi grave que la fuite d'un enfant juif pendant la guerre, Ransom Riggs réussit à nous transporter dans un monde fantastique avec une écriture très légère pour le sujet de base. Grâce aux illustrations on imagine aisément les enfants, Miss Peregrine et la particularité de chacun. On a hâte de lire les autres tomes!! Et qui mieux que Tim Burton pouvait adapter cette ambiance si particulière au cinéma? (sortie en octobre 2016)

 

Jeanne R.

 


Meilleur livre jeunesse 2015 LIRE, prix Sorcière 2016 catégorie romans ados

 

Astrid, Mireille et Hakima sont élues respectivement boudins d'or, d'argent et de bronze dans le concours annuel de boudin organisé par des collégiens sur facebook. Si Astrid et Hakima sont dévastées, Mireille ne laisse rien paraître: elle est dans le top 3 depuis maintenant 3 ans. 

Son aplomb et son sens de la répartie vont booster ses deux nouvelles amies et entraîner tout le petit groupe dans une périple Bourg en Bresse/Paris improbable.  Dans quel but? Pour saboter la Garden Party du 14 juillet organisée par l'Elysée pardi! Chacune a une raison personnelle d'y aller : Astrid pour rencontrer Indochine dont elle est complètement fan et qui joue sur scène ce jour là, Hakima, accompagnée de son grand frère Kader, pour prendre à parti le général responsable de l'unité de soldats dont Kader dépendait en Afganisthan avant de tomber dans une embuscade et d'être le seul à en ressortir vivant mais amputé des jambes. Et Mireille? C'est simple : elle veut enfin rencontrer son père qui se trouve être le mari de... la Présidente de la République!

Pour faire le voyage les filles décident d'y aller en vélo en vendant sur la route des .... boudins pour se faire de l'argent. Toute la presse s'empare du phénomène et sur twitter les #3boudins fleurissent, les analyses sociologiques de spécialistes et de chroniqueurs sur les stations de radio également et tout le monde veut comprendre pourquoi trois ados couronnées boudins de l'année, veulent absolument pédaler jusqu'à Paris. 

Le lecteur vit ce périple à travers les yeux de Mireille. Sens aiguë de la répartie, humour noir, sarcasme mais également sensibilité et blessures, tout chez cette jeune fille vous touchera. Et pour comprendre l'idée du roman un petit extrait : 

 

"- Je ne comprends pas pourquoi vous vous entêtez à revendiquer ce nom de Boudins ! s'offusque Maman. C'est un mot horrible.
- On le rendra beau, tu vas voir. Ou au pire, on le rendra puissant."

 

 Énorme coup de cœur ! 

 

Dès 12 ans. 

Jeanne R.

 

 


On adore!

 

C'est l'histoire d'un garçon de 16 ans, Max, qui, entre les cauchemars abominables de champ de bataille qu'il fait la nuit, et le harcèlement scolaire des plus violents dont il est victime le jour, a bien du mal à mener une vie d'adolescent saine. Jusqu'au jour où il est enlevé avec ses 3 meilleurs amis et envoyé à Letherrae, un monde parallèle au notre, dans lequel se sont réfugiés les mages et les sorciers durant l'Inquisition. Depuis des siècles une guerre y oppose les mages voulant rester vivre dans ce nouveau monde et les sorciers voulant retourner sur terre pour assouvir leur vengeance. Max et ses amis se retrouvent donc dans ce nouvel univers dont le destin semble fatalement lié au leur.

Gros gros coup de cœur pour ce roman qui est le 1er tome de Letherrae (il y en aura 7 en tout). Un roman fantastique/fantasy pour jeunes comme pour adultes. Je l'ai lu d'une seule traite, c'est très bien écrit, recherché, très bien rythmé, l'univers est étonnant, et il évite les clichés qu'on retrouve facilement dans le genre fantastique/fantasy. Le tout pour une aventure riche en émotions, qui n'est pas suffisamment violente pour choquer la jeunesse mais qu'il est bien assez pour surprendre les adultes. L'auteur, Morgan Malet, vient d'une mini maison d’édition, le Peuple de Mu, et gagne à être connu! Bref, super univers, super auteur, super premier tome, supers personnages, super dosage ! 

 

Tamir.

 


Une braise sous la cendre, de Sabaa Tahir

Ed. PKJ

 

Dans ce roman, nous suivons deux personnages d’un chapitre à l’autre : Laia, et Elias.

Une rafle. Dans les rues de la ville, les Masks, assassins d’élite de l’Empire, se répandent à la recherche de membres de la résistance. Les grands-parents de Laia sont tués sous ses yeux alors que son frère Darin, est emmené pour être torturé à la prison centrale. Laia s’enfuit, de justesse. Elle n’a qu’une idée en tête : trouver les résistants et les supplier de sauver son frère, en hommage à leurs parents, anciens leadeurs de la rébellion, morts sous la torture. Se sont eux qui la trouvent en premier, mais leur aide a un prix : en échange de l’évasion de Darin, Laia devra infiltrer l’école de Blackcliff, l’endroit le plus craint, le plus maudit de l’empire, l’école où sont formés les futurs Masks. Pire, elle devra abandonner sa liberté pour devenir l’esclave personnelle de la commandante de Blackcliff, une femme sadique et perverse dont le passe temps favori est de mutiler son personnel. Laia le sait, ses chances de sortir indemnes des griffes de la Commandante sont nulles, mais c’est le prix à payer pour sauver son frère.

Derrière les hauts murs de Blackcliff, Elias se prépare. Dans quelques jours, il terminera sa formation de Mask et deviendra un tueur à la solde de l’Empire. Il n’a pas choisi cette vie, cela fait des mois qu’il prépare son évasion. Si il est rattrapé, il sera fouetté jusqu’à la mort par la Commandante, sa mère, qui y prendra un plaisir certain. Tout est prêt. Mais le jour J, les Augures, ces êtres immortels porteurs de prédictions étranges, annoncent une nouvelle prophétie : L’Empereur mourra sous peu, sans descendance. Quatre épreuves seront lancées pour quatre Aspirants, Elias, sa meilleure amie Hélène, et les jumeaux Farrars. Le vainqueur des Epreuves deviendra Empereur, le second deviendra son bras droit, les deux autres seront exécutés.

 

« Une braise sous la cendre »  n’est pas un roman post-apocalyptique, l’Empire n’est ni construit sur les ruines des Etats-Unis, ni le fruit empoisonné d’une Troisième guerre mondiale. A vrai dire, l’histoire ne se déroule même pas dans notre monde. Certes, certains mots nous sont familiers, on nous parle d’Erudits, de Martiaux, ce qui nous rappelle la saga Divergente, mais la comparaison s’arrête là. Car cet univers est tellement plus fouillé, inventif, coloré, cruel, et fantastique ! Il joue constamment entre la beauté, l’horreur. La beauté des fêtes païennes, les tissus, les odeurs, la sagesse des Djinns et les contes des tribus. L’horreur de Blackcliff, de ces enfants arrachés à leur famille, brisés, entraînés à tuer, dont le masque d’argent fond sur leur visage jusqu’à ce qu’il soit impossible de l’enlever sans s’arracher la peau. L’horreur des Epreuves que doivent passer les Aspirant, d’une grande violence physique et psychologique, presque sadique. « Une braise sous la cendre » vogue entre la dystopie (une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur) et l’Heroic-Fantasy, apportant ainsi une bouffée d’air frais dans cette pluie de romans « survival ».

L’autre point fort de ce roman est sans conteste le personnage de Keris, la Commandante de Blackwood. A travers les yeux de Laia et d’Elias, on apprend à la détester d’abord, à la craindre ensuite. Il n’y a rien, absolument rien, pour sauver l’âme de cette femme : une vraie méchante comme on en fait plus. A côté d’elle, le Président Snow prend des allures de baby-sitter. Si elle pouvait n’être que méchante, passe encore, mais elle est d’une intelligence redoutable, une stratège hors paire, un détecteur de mensonges humain, une combattante impitoyable, elle prend plaisir à tourmenter, torturer et tuer. Son existence n’est que noirceur et elle ne vit que pour se délecter de la souffrance des autres. Comme a dit un grand homme : « Some people just want to see the world burn. ». Bref, la Commandante est LA méchante par excellence, la représentation de la peur, et de la douleur dans le roman, et rend tout le récit absolument imprévisible.

Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir les personnages et les intrigues par vous-même, et le plus vite possible. Sachez tout de même qu’une adaptation au cinéma est prévue pour 2017 !


Pépite du roman adolescent européen 2014 et Prix 12/14 de la Foire de Brive 2015.

 

Le narrateur du début du roman est un jeune garçon de 14 ans qui, lors d'un chagrin d'amour, atterrit chez Joshua Perle, un homme vivant seul dans une cabane au fond des bois avec ses chiens. 

Profitant de l'absence de cet homme, il découvre des valises et prend des photos de cet endroit mystique où il est soigné depuis quelques jours. Le reste du roman, ce jeune narrateur, devenu adulte, s'évertue à raconter l'histoire de Joshua Perle.

Ce récit est entremêlé d'une autre histoire: celle d'Ilian, jeune prince d'un monde imaginaire obligé de ce cacher de son frère aîné qui veut sa mort. Dans la forêt qui l'abrite et le protège il rencontre une fée, Olia, et tombe immédiatement amoureux d'elle. Mais l'armée de son frère le rattrape bientôt et Ilian est banni du monde magique et projeté dans notre monde dans les années 1930, devant la boutique de guimauve des Perle à Paris. Ce couple qui vient de perdre leur fils de la grippe espagnole. Et dont Ilian va prendre l'identité : Joshua Perle.

 

Un roman absolument magnifique, magique. Un roman puzzle extrêmement complexe qui mêle des flash-back, des mondes parallèles, des personnages qui semblent différents pour être en réalité une seule et même personne mais à des époques et des mondes différents. Complexe donc, casse gueule mais... pas du tout au final puisque la magie opère immédiatement. 

A la fois un roman d'aventure, d'amour, un conte, Le Livre de Perle est le genre de livre qui laisse des traces même après sa lecture et le genre de roman qu'on a besoin de relire plusieurs fois pour comprendre toute la complexité de l'écriture et de la construction de l'histoire. 

Magnifique

A partir de 13 ans

 

Jeanne R.


CITE 19, de Stéphane Michaka

 

L’histoire : A 17 ans, Faustine est ce qu’on pourrait appeler une adolescente à problèmes. Pendant une période, sa vie n’a été que violence, agressions, vandalisme, mais elle s’est prise ne main et tente maintenant de suivre le droit chemin, en cultivant une passion dévorante pour le Paris du Second Empire. Jusqu’au jour où la police vient la chercher pour identifier un corps, celui de son père. La police conclu au suicide, mais Faustine n’en croit rien, d’ailleurs, elle est même persuadée que ce corps n’est pas celui de son père. La disparition de Louis Treussart a-t-elle quelque chose à voir avec ces mystérieux tracts publicitaires proposant une immersion dans le Paris du XIXème siècle ? Faustine remonte la piste dans les rues de Paris, jusqu’aux tunnels du métro Cité où elle perd connaissance. Lorsqu’elle rouvre les yeux, elle se trouve toujours à Paris, mais 150 ans plus tôt.

 

Cité 19 est une immersion totale dans le Paris du XIXème siècle. C’est un déluge de couleurs, d’odeurs, de tissus, d’argot. C’est toute une époque qui nous est racontée de manière simple, et passionnante, mais jamais indigeste. Le sol tremble sous les travaux du baron Haussmann, les cabinets de curiosités pullulent, la tour Eiffel n’est qu’à l’état de projet, les bonimenteurs déclament les nouvelles du jour pour les illettrés, l’absinthe coule à flots, l’Empereur Napoléon III est à la tête d’une France plus affamé que jamais. Sans s’en rendre compte, on en apprend à toutes les pages et sur tous les sujets, mais c’est surtout sur la vie du petit parisien que l’on en apprend le plus : les métiers, les habitudes, les expressions, les tabous, la mode. Stephane Michaka nous décrit les scènes de rues avec une telle aisance, qu’on croirait les voir se dérouler sous nos yeux.

Faustine est une héroïne qui en impose. Le choc de ce voyage dans le temps dépassé, elle va vite s’adapter et comprendre comment le Paris du XIXème tourne. Elle réalise très vite, par

exemple, qu’en tant que fille, on ne lui laissera pas être autre chose qu’une épouse, une couturière, une lavandière, ou pire encore une « sur le dos », pour reprendre le jargon de l’époque. Notre vision moderne de la société se retrouve alors confrontée à cette image de la femme objet, dominée par l’homme dans tous les aspects de sa vie, résignée à ne pas être plus que ce dont l’homme a besoin : une couturière, une cuisinière, une mère, un joli minois. Mais loin de se démonter, Faustine n’hésite pas à se travestir en garçon, devenant ainsi Faustin, et à décrocher un poste de journaliste dans l’un des premiers journaux à cancans de Paris. Lorsqu’un tueur en série sévissant dans les bas fonds de la capitale tue son amie, elle se lance à sa poursuite dans un jeu de déductions froides et logiques. Bref, un message féministe à travers une héroïne intelligente, rusée, pragmatique, têtue mais pas insensible, qui ne se laisse pas tourner la tête par le premier beau garçon venu, et qui refuse de se soumettre à l’ordre établi.

Au fur et à mesure du livre, on s’imprègne de ce XIXème siècle, on s’y balade. La chasse au tueur en série nous accapare complètement, si bien qu’on en oublie la question principale : Comment Faustine a-t-elle atterri là ? La réponse nous vient passé la moitié du roman, dans un retournement de situation surprenant et intelligent qui nous tient en haleine jusqu’au bout et nous fait nous languir de la suite.

 

A partir de 14 ans

 

Tamir


Tatie pourrie, De David Walliams

 

10 ans

 

L’histoire : La tante Alberta est une femme abominable. Déjà, elle est moche. Elle a des cheveux roux hirsutes, de la moustache, elle fume la pipe, porte un monocle, un pantalon de golf, une casquette comme Sherlock Holmes, et elle se balade partout avec son Grand hibou des montagnes de Bavière, Wagner. En plus d’être moche, la tante Alberta est méchante. Que ce soit en poussant son frère dans la mare aux canards ou en remplaçant les bougies d’anniversaire par des bâtons de dynamite, la tante Alberta déborde d’idées plus horribles les unes que les autres pour traumatiser ses proches. En fait, elle n’aime que trois choses : gagner au jeu de puces, les hiboux, et la demeure familiale, le manoir Saxby. Malheureusement pour elle, ça n’est pas elle qui doit en hériter, mais sa nièce, la jeune Stella. Qu’à cela ne tienne, Alberta est bien décidée à tout faire, même le pire, pour mettre la main sur les titres de propriété du domaine, et il faudra à Stella beaucoup de courage, et toute l’aide d’un gentil fantôme, pour échapper aux pièges de sa tante.

 

A mourir de rire ! De l’humour dans l’histoire, dans les illustrations, dans les mots. Walliams dépeint dans ce roman des personnages hauts en couleur et complètement farfelus, que le jeune lecteur n’a aucun mal à se figurer grâce à la qualité des illustrations. Le personnage d’Alberta, bien qu’absolument abominable, nous fait rire par son excentricité et les plans tordus (mais qui marchent !) qu’elle met au point pour parvenir à ses fins. Le profil parfait de la méchante qu’on adore détester et qu’on adore voir échouer. Le majordome du manoir Saxby, Gibbon, vieux bonhomme qui confond les croissants avec les chaussettes, et prend le porte manteau pour le chat de la maison, bien qu’assez secondaire, est peut-être le personnage le plus drôle du roman, avec sa façon de débarquer de nulle part pour commettre les pires maladresses. Même Wagner, le grand hibou des montagnes de Bavière, nous fait rire par son esprit rebelle.

Drôle oui, mais pas que ! A l’instar de la plupart des contes pour enfant, « Tatie Pourrie » se révèle magique et cruel. La petite Stella se réveille du jour au lendemain orpheline, seule dans un grand manoir, ses parents assassinés, entre les mains d’une tante sadique, prête à la torturer pour obtenir ce qu’elle veut, avant de la tuer à son tour. Seul allié dans cette sombre histoire, le fantôme d’un jeune cheminot, lui aussi assassiné ! Le tableau est sombre, mais David Walliams a l’art de jongler avec les émotions, de manière à ce que même la scène la plus sombre ne le soit pas très longtemps, et qu’on se remette vite à en rire. Ainsi, les thèmes du deuil, de l’abandon, de la maltraitance, et de la trahison peuvent être abordés directement sans pour autant déprimer le lecteur.

Autre thématique importante abordée dans le roman, celle de la différence sociale, à travers les personnages de la jeune Lady Stella et de Charbon, le petit cheminot fantôme. Stella est une jeune fille douce, bien éduquée, qui a vécu toute sa vie à l’abri du besoin dans un grand manoir, entourée d’une famille aimante et attentionnée. Sa rencontre avec Charbon va lui faire comprendre que tous les enfants n’ont pas cette chance. Que certains ont été orphelins toute leur vie, ne mangent pas à leur faim, grandissent dans la rue, travaillent très tôt pour gagner leur vie, meurent aussi très tôt parfois. Une différence sociale que David Walliams accentue avec humour quand l’argot et les manières très rustres de Charbon, se heurtent aux bonnes manières de Stella.

Au final, David Walliams est le digne successeur de l’auteur Roald Dahl, et nous offre, comme son prédécesseur, un nouveau roman drôle, attachant, effrayant, et bourré de messages intelligents à transmettre aux enfants.

Tamir


PHOBOS, DE VICTOR DIXEN

 

L’histoire : Dans un futur proche, le gouvernement américain, surendetté, cherche à limiter ses dépenses, en coupant court à des projets peu rentables. La NASA et tout son équipement, sont vendus à une multinationale, Atlas Capital, qui décide de booster la conquête spatiale en transformant la colonisation de Mars en une émission de TV réalité. Ainsi, six jeunes filles et si jeunes hommes représentant les principaux peuples du monde, sont choisis pour leur physique et le peu d’attaches les retenant sur Terre, pour participer au plus ambitieux speed-dating jamais réalisé. Le voyage vers Mars durera cinq mois, et sera suivit par des milliards de téléspectateurs. Mais dans les coulisses d’Atlas Capital se trame un terrible complot, car seuls les dirigeants de la multinationale savent que les logements sensés accueillir les candidats sur Mars ne sont pas viables et les tueront en quelques semaines. Pour ne pas perdre les millions de dollars promis par le succès de l’émission, ils sont prêts à tout.


Ma première pensée en lisant le synopsis de Phobos a été : « Une tv réalité sur Mars ! N’importe quoi, qui voudrait participer à un jeu pareil ? ». Oui, l’idée semble aberrante, pourtant le projet a bel et bien été lancé pour 2023 par un groupe néerlandais. Et le fait est que des milliers de candidats se sont présentés, avides de célébrité, de frisson ou d’une nouvelle vie, dont 22 français, déjà sélectionnés. Phobos ne part donc pas d’une idée si absurde que ça.

Ensuite, Phobos est une critique de la TV réalité. Victor Dixen nous dévoile tous les rouages de ce que serait la production d’une telle émission : la mise en scène, le montage de conversations sorties du contexte, la corruption, la manipulation du public et des candidats, le placement de produits, les sponsors, les enjeux économiques, politiques. Un milieu sordide si sophistiqué que tout le monde s’y laisse prendre et en redemande. Les spectateurs, d’ailleurs, semblent lobotomisés par cette émission sur laquelle ils règlent leur rythme de vie. A travers le personnage de Serena McBee, productrice de l’émission, mère attentionnée des candidats face caméra, et intrigante cruelle au dehors, le lecteur découvre l’envers d’un décor où l’argent et l’ambition ouvrent toutes les portes, même celles de la Maison Blanche.

A l’annonce d’une émission de speed-dating dans l’espace, on pourrait s’attendre à ce que l’histoire laisse une grande place à la romance, et craindre que Mars ne soit qu’un prétexte pour un roman à l’eau de rose. Pas du tout. D’abord, parce que les candidats n’ont que dix minutes par semaine pour faire connaissance, ce qui laisse peu de temps pour se séduire, et que notre héroïne, Léonore, belle rousse ambassadrice de la France, a un esprit très pratique. Son partenaire pour la colonisation de Mars, elle le choisira selon des critères réfléchis et précis. De toute façon, elle est bien trop occupée à fuir ses propres démons et à découvrir la vérité sur leur expédition pour rêvasser sur de beaux garçons. Léonore est une héroïne torturée, complexée, à l’enfance trouble et au caractère bien trempé, bref, un personnage auquel les jeunes filles aiment s’identifier.

Et quel suspens ! Le lecteur a, comme dans un bon épisode de Columbo, toutes les réponses en main : il sait qui sont les victimes, qui commet le crime, pourquoi, et comment. La seule question qu’il lui reste à résoudre est : quelle est la faille dans ce plan machiavélique qui va permettre aux héros de s’en sortir ? Victor Dixen ménage ses effets, et nous tient en haleine du début à la fin pour un premier tome très prometteur et surprenant.

 

A partir de 14 ans


Tamir



SUBLIME


Jem et Kai sont deux adolescents inséparables. Jem aime Kai secrètement. Cela pourrait être réciproque si Kai n'aimait pas ...les garçons. Un lendemain de soirée, Jem reçoit sur sa boite mail une vidéo très compromettante de Kai en compagnie d'un jeune homme caché. La vidéo se propage, la rumeur enfle, la pression, l'humiliation sont insupportables pour Kai qui met fin à ses jours. 

Jem n'a plus qu'un objectif dans la vie : mener son enquête pour découvrir la personne qui a posté la vidéo et détruit Kai. Se venger de tous les camarades qui ont poussé Kai à mettre fin à ses jours et enfin... se suicider également.

Un roman qui aborde pas mal de sujets chez les ado actuellement: l'homosexualité, l'amitié, le suicide chez les jeunes, les premiers rapports sexuels et le harcèlement notamment par internet. C'est vraiment un roman passionnant qui n'a pas peur d'aborder tous les sujets dérangeants.

Ce roman peut néanmoins être un peur dur pour certains ados, il est préférable de le lire avant de juger si votre enfant peut affectivement être prêt à lire des sujets aussi lourds. 

Génialissime!


A partir de 15 ans. 

Jeanne R.


La pâtisserie Bliss de Kathryn Littlewood


Dès 9 ans 


Dans la famille Bliss tout le monde s'active pour faire fonctionner la pâtisserie connue et reconnue par toute la ville de Calamity Falls. 

Rosemary, l'héroïne du roman et l'adolescente de 12 ans des Bliss, a bien remarqué que les pâtisseries de ses parents avaient tendance à guérir certaines pathologies mais elle ne découvre réellement leurs pouvoirs que le jour où elle a accès au fameux livre des recettes (magiques). 

En effet, appelés par la maire de la ville pour aider à guérir une terrible épidémie de grippe, les parents doivent s'absenter une semaine et laissent leurs enfants seuls dans la boutique. 

A peine le dos tourné, une mystérieuse tante Lily débarque un beau matin et suscite l'adoration des jeunes garçons de la famille. Seule Rosemary reste méfiante face à cette femme si parfaite en apparence. 

Parallèlement à cette visite, les enfants s'approprient le livre des recettes avec des résultats plus au moins contrôlés. 


A lire!!

 Jeanne R.



L'île de l'oubli de Melissa de la Cruz

 

Que sont devenus les méchants de Disney après avoir été vaincus par les gentils ?

Eh bien, Cruella Denfer est passée à la vapoteuse, ses régimes à répétition la rendent un peu cinglée. Ursulla tient une baraque à frites. La mère Gothel est prof de selfies. La Méchante Reine se ruine en crèmes anti-rides et parle à tous les miroirs qu'elle croise.

Jafar déprime, il se balade partout en marcel et pantalon de pyjama. Gaston a eu deux fils, Gaston junior et Gaston III. Tout ce petit monde, et bien d'autres encore, survit sur L'ile de l'oubli avec leur descendance.

Difficile pour ces enfants de grandir sainement dans l'ombre des géans déchus. Le téléfilm, bientôt sur Disney Chanel !

 

Tamir


Les Géants de Benoît Minville

 

D'un côté la famille d'Auguste, pêcheur, avec sa femme Enora, son fils Marius et sa cadette Alma. De l'autre la famille d'Henriko et Samia avec leur fils Esteban et le plus jeune atteint d'une légère forme d'autisme, Bartolo. 

Ces deux clans se connaissent depuis toujours, les pères sont amis depuis 20 ans et les fils sont inséparables. L'entraide est de mise pour ces familles dont l'argent vient à manquer dans cette période de crise. Marius et Esteban eux ne pensent qu'à surfer dans ce magnifique Pays Basque. Marius rêve de prendre le large pour un tour du monde sur le bateau qu'il rafistole mais il ne l'a pas encore annoncé à tout le monde, pas même à son meilleur ami Estaban. Ce dernier aurait pu remarquer des changements chez son frère de cœur mais c'était avant de tomber follement amoureux.... d'Alma, la sœur de Marius. Une liaison secrète qui devient de plus en plus difficile à cacher tant leurs sentiments sont forts. Mais comment leurs clans vont réagir? 

Tous ces projets, toutes ces décisions sont stoppées à l'arrivée de César. Mais qui est ce vieillard encore bien robuste et extrêmement charismatique qui semble terroriser Auguste? Tout simplement son père, qui sort de 20 de prison pour braquage et qui exige qu'on lui rende ce qu'Auguste lui doit depuis tant d'années. Marius est perdu : depuis toujours il a cru son grand père mort dans un accident et le voilà, réclamant un bien familial. Toute l'histoire familiale est donc basée sur un mensonge? contre l'avis de son père, Marius décide d'apprendre à connaître César. Mais ce dernier ne semble pas avoir définitivement tourné le dos au grand banditisme. ....

Du surf, de l'amitié, de l'amour, le beau pays basque, les secrets de famille, un butin à découvrir et surtout le besoin de liberté de Marius. 

Un petit bijou!

A partir de 12 ans 

 

Jeanne R.


Marjane

de Marie Pavlenko

Ed. Poket Jeunesse

 

Vous pensez connaître Paris comme votre poche et avoir vu toutes ses bizarreries ? Regardez-mieux, car notre belle capitale abrite bien plus de secrets qu'il n'y parait. Des druides en Converses, des chérubins fous de décoration intérieure, des Génies en cure de désintox, des Sirènes rongées par la consanguinité dans les eaux vaseuses de la Seine, des vampires pour centaines. 

Oui, des vampires. "Encore ??!!" Allez-vous me dire. Oui, mais non. Car Marie Pavlenko réinvente ici avec brio cette espèce mythique. D'abord, on ne dit pas "Vampires" mais "Ninns". Ils ont toujours ce léger penchant pour le sang humain, mais c'est surtout bon pour la peau et puis, ça épice les plats. L'immortalité ? Non, juste quelques siècles si on s'entretient. Le soleil, un délice ! Les pieux dans le coeur... oui, enfin vous non plus ne feriez pas le malin avec un bout de bois dans la poitrine. Marie Pavlenko nous dépeint avec talent une société de Ninns français (pour changer des vampires américains) extrêmement bien articulée, pleine de mystères et de codes, une véritable vie derrière les immeubles trompe l'oeil de Paris. 

 

Moi-même, qui en ait soupé de Twilight et de tous ses imitateurs tout autant que vous, doit reconnaître que j'ai pris un grand plaisir à lire ce roman dans une période littéraire qui délaisse le genre fantastique. On découvre de nouveaux mythes, de nouvelles espèces, et on se surprend à y croire (moi aussi, je veux un Corkan, ce petit chat aux ailes de dragon !). Et puis, ce livre, c'est aussi une visite parallèle de Paris, car Marie Pavlenko soigne tellement les détails que l'on pourrait se balader dans la capitale et suivre le trajet des personnages rue après rue. 

 

Bref, innovant, moderne, surprenant, un premier tome plus que prometteur et un auteur qui réussi son pari, celui de nous faire à nouveau aimer les histoires de vampires.

 

A partir de 13 ans

 

Tamir

 


Governor General's Literary Award, le plus prestigieux prix canadien anglais pour les romans adolescents.

 

Henry et son père viennent d'emménager à Vancouver dans un appartement miteux. Quelque chose de grave s'est passée dans leur ancienne ville mais quoi? On le découvre petit à petit en lisant le journal d'Henry, journal donné par son psychiatre qui lui conseil de poser ses états d'âmes sur ce cahier, d'où le titre "journal malgré lui" car henry, traumatisé par les événements parle comme un robot dans ses grands moments d'angoisse pour contrôler ses émotions et ne pas s'effondrer.

C'est donc à travers ce journal qu'on apprend petit à petit le drame qui s'est déroulé quelques mois plutôt, et qu'on suit le long chemin du deuil d'Henry et de sa famille, son intégration dans le nouveau collège, ses amis, son amour, sa reconstruction. Petit à petit Henry ouvre son cœur, se livre, revit, non sans culpabilité. Entre sourires et émotions, Susin Nielsen aborde le sujet lourd de conséquences du harcèlement scolaire. Utiliser le point de vue d'un ado de 12 ans pour aborder le sujet relève du coup de génie.

Un très très beau roman à lire absolument!!!!

A partir de 13 ans.

Jeanne R.


Nos faces cachées

de Amy Harmon

Ed. Robert Laffont

 

Voilà mon coup de coeur de ce premier trimestre 2015 ! Il m'en a fallut du temps pour retrouver cette sensation. Vous savez, lorsque dès les premières pages, vous comprenez que vous avez entre les mains un livre hors du commun. Difficile alors de le lâcher, trop souvent dans la journée vous pensez aux passages lus et aux futurs à venir. Quel bonheur ! Pourtant, la couverture ne présage rien d'autre qu'une histoire pour midinettes, on se dit "Ca y est, encore une histoire de beau gosse qui craque pour une fille banale !", c'est ce que je me suis dit moi-même en la voyant. Il a fallu qu'un agent extérieur me remette dans le droit chemin pour que j'entame ma lecture avec un peu plus de curiosité. Et comme il a bien fait ! Je vous en dit un peu plus : 

 

Il s'agit d'Amour, avec un grand A. L'amour d'une ville pour son héros, d'une petite fille rousse pour son voisin, d'un garçon malade pour une princesse. 

Il s'agit de Courage, avec un grand C. Le courage de quatre garçons partis pour la guerre après les évènements du 11 septembre, le courage d'une adolescente de faire face à ses sentiments, le courage d'un adolescent face à la mort. 

Il s'agit de Peur, avec un grand P. La peur de perdre une vie qu'on prenait pour acquise, la peur de survivre aux gens qu'on aime, la peur d'être laissé derrière, la peur d'avancer quoi qu'il advienne. 

 Dans ce roman, vous l'aurez compris, il y a plus qu'une histoire pour midinettes. Dans ce roman, il y a du Cyrano de Bergerac, du Shakespeare, de La Belle & La Bête, des phrases qui nous éclairent et que l'on note dans un carnet, des romans qu'on se promet de lire, des morceaux qu'on se promet d'écouter. C'est une perle. Un bijou. 

Lisez-le. C'est un ordre.

 

A partir de 14 ans.

 

Tamir


Sans prévenir

de Matthew Crow

 

Après Hunger Games, il y a eu la vague ravageuse des romans de survie, et son lot d'adaptations cinématographiques. Depuis, il y a eu Nos Etoiles Contraires. Et nous voici donc avec une ribambelle de romans qui exploitent le filon des histoires d'amour entre adolescents atteints d'un cancer. Dans "Sans prévenir" un jeune adolescent poète et romantique, Francis, découvre qu'il est atteint d'une leucémie. Alors que toute la famille s'arme de courage pour soutenir le garçon dans sa maladie, ce dernier fait la connaissance d'Ambre, jeune fille excentrique et pétillante, elle aussi en plein combat contre son propre cancer. 

 

Alors, oui, c'est très bien écrit, aussi bien que Nos Etoiles Contraires, on s'attache aux personnages, la lecture est fluide et agréable, mais franchement ! Il est tellement flagrant que l'auteur essaye de surfer sur la vague John Green que ça en est exaspérant. Ce roman n'apporte rien de plus que Nos Etoiles Contraires, il utilise les mêmes (grosses) ficelles, nous fait larmoyer toutes les dix pages, mais, malheureusement pour lui, n'a pas l'avantage d'être le premier du genre, ce qui nous laisse avec la désagréable impression de regarder un remake ou une pale imitation. Bref. Si vous avez aimé Nos étoiles Contraires et que vous voulez lire le même genre de romans, vous ne serez pas déçus par celui-ci. Personnellement, je trouve que tout cela manque terriblement d'imagination et je n'aime pas sentir en lisant un livre que  l'auteur cherche, avant même de vouloir raconter une histoire belle et intéressante, à faire pleurer dans les chaumières. Ce roman ne sera malheureusement pas le seul à tenter l'expérience, certains sont déjà sortis, d'autres sont à venir, vous les reconnaîtrez facilement, leur couverture ressemble étrangement à celle des romans de John Green. 

 

Tamir

 

Sortie le 15 janvier 2015


Les royaumes de feu T.1

de Tui T. Sutherland

 

Le royaume de Pyrrhia est à feu et à sang. Depuis que la reine a été assassinée, ses trois filles se livrent une guerre sans merci, dans laquelle la cruauté et le sadisme sont de rigueur. Mais un murmure monte, le chant d'une prophétie circule parmi les clans de dragons. On dit que bientôt, cinq dragonnets, issus de cinq peuples de dragons, s'uniront pour mettre fin à la guerre et hisser sur le trône une nouvelle reine. Ces dragonnets du destin ont d'ores et déjà été choisis. Ils sont là, dissimulés aux yeux de tous, éduqués, entraînés. Mais comment arrêter une guerre quand la violence fait partie intégrante de la nature d'un dragon ? 

 

Un bon démarrage pour cette série qui s'étendra sur cinq tomes, un pour chacun des dragonnets. Nous commençons l'aventure avec Argil, le dragon de boue, le plus maladroit et protecteur de tous. Le gros point fort de ce premier tome, à mon sens, est que derrière ses apparences simplistes, l'auteur n'hésite pas à développer et à démontrer le sadisme profond de certains dragons, jusqu'à nous en donner froid dans le dos. Non, je ne suis pas une grande folle avide de sang et de torture ! Ces scènes sont d'une importance primordiale car elle tranchent nettement avec l'esprit de franche camaraderie qui règne entre les dragonnets, et apportent un côté plus mature, plus dangereux, plus intense à l'histoire. Une très bonne lecture, donc, pour tous les enfants à partir de 11 ans qui ont p aimer La Guerre des Clans par exemple. 

 

Tamir

 

Sortie Tomes 1 & 2 : 8 janvier

Tome 3 : Septembre 2015

Tome 4 & 5 : 2016


L'Anneau du Sorcier T.1 La Quête des Héros

de Morgan Rice


Le roi a besoin de renflouer son armée ! Thorgrin a attendu ça toute sa jeune vie. Enfin, il va pouvoir se porter candidat pour rejoindre les rangs des Gris, les plus grands et valeureux chevaliers du Royaume de l'Anneau. Oui, mais devenir chevalier ne se fait pas en un jour, et l'apprentissage qui l'attend sera long, périlleux, et très dangereux. Car les menaces d'attaque venant des royaumes voisins se font chaque jour plus prononcées, et les complots au sein même de la cour du roi n'ont jamais été aussi proche de réussir. Quel rôle Thor jouera-t-il dans ce jeu d'échec à taille humaine ? Pourquoi tout le monde semble savoir des choses sur son passé que lui ignore ? Et d'où lui viennent ces étranges pouvoirs qu'il sent grandir en lui ? 

Ce subtile mélange entre Harry Potter et Games of Thrones rend le genre Heroïc Fantasy franchement accessible à de jeunes lecteurs, ce qui n'est pas rien étant donné la difficulté que l'on peut avoir à lire de la Fantasy quand on n'est pas un habitué. Entre sorciers et chevaliers, magie et complots royaux, ce premier tome est un petit bijou et un excellent moyen de s'initier au genre. A partir de 11-12 ans.


Tamir


Détectives de père en fils

de Rohan Gavin


Le Code. Depuis quelques mois, ce mystérieux livre de motivation caracole en tête des meilleures ventes, et fait couler sur lui beaucoup d'encre. Et pour cause, car après l'avoir lu, certaines personnes se mettent soudainement à commettre des crimes, des plus stupides aux plus violents. Pourquoi ? Parce que "Le livre" leur a dit de le faire. Kingsley et son fils Darkus sont bien décidés à résoudre cette énigme, mais leur enquête va s'avérer beaucoup plus dangereuse que prévue...


Gé-nial ! Entre sociétés secrètes, ésotérisme et déductions logiques, Rohan Gavin reprend les bases des romans de Sir Arthur Conan Doyle pour nous servir un roman accessible aux jeunes lecteurs de 10-12 ans. 

On court, on doute, on adhère ! Un premier tome plein de promesses.


Tamir


Regardez-moi

de Gudule


Gina n'en revient pas ! Elle a été sélectionnée parmi des milliers d'adolescents pour être l'héroïne de la nouvelle émission de télé-réalité "Regardez-Moi". Elle, banale, discrète, va être la représentante de toute une génération d'adolescents. Filmée 24h/24, chez elle, à l'école, dans la rue, Gina savoure sa célébrité et l'intérêt nouveau qu'on lui porte. Mais attention à l'envers de la médaille...


Encore une petite perle de Gudule ! Après "La Bibliothécaire" et "J'ai 14 ans et je suis détestable" (deux romans qui m'ont profondément marqués dans mon adolescence), l'auteur écrit cette fois sur un sujet devenu omniprésent dans notre société: les reality shows. A travers le journal intime de Gina, on découvre les joies de la célébrité, la saveur de se savoir aimé, admiré, envié, d'être le centre de toute l'attention. Mais surtout, on observe avec dégoût sa descente aux enfers, la méchanceté des Hommes et le caractère malsain de ces émissions dont les producteurs ET les spectateurs n'attendent qu'une chose : voir leurs héros tomber de leur pied d'estale. Un livre à mettre entre les mains de tous les enfants qui pensent que devenir quelqu'un c'est passer à la télé. A partir de 10 ans.


Tamir


Les brumes d'Avallach T.1

de Marah Woolf


Après la mort accidentelle de sa mère dans un accident de voiture, la jeune Emmaquitte l'Amérique pour aller vivre chez son oncle au fin fond de l'Ecosse. D'abord peu enthousiaste, Emma va vite changer d'avis à la vue du beau et mystérieux Calum. Mais si leur attirance est aussi réciproque qu'irrésistible, les secrets que renferme Calum pourraient bien les mettre tous deux en danger de mort et décider de l'avenir de notre monde.


Fans de Twilight, 16 lunes, Immortal Instruments, ce roman est sans aucun doute fait pour vous. Une romance interdite entre deux êtres que tout oppose et tout attire, dans un monde où se mêlent légendes et contes de fées, on retrouve ici les mêmes ficelles (un peu trop d'ailleurs) que dans ces best-sellers fantastiques adulés par les adolescentes ! On regrette cependant que l'ambiance celte et mystique de l'Ecosse ne soit pas plus ou mieux utilisée (pourtant il y aurait de quoi faire !) et que l'héroïne soit incapable de prendre une décision sans en référer d'abord à son homme (féministes du jour, bonjour !). En dehors de ça, la lecture est fluide et agréable et conviendra parfaitement à des adolescentes à partir de 13-14 ans.


Tamir


Moriarty

d'Anthony Horowitz


Sherlock Holmes et le Professeur Moriarty ont disparu dans les chutes du Reichenbach il y a juste cinq jours, mais un seul corps est repêché. Le détective américain Frederik Chase et Athelney Jones de Scottland Yard décident de collaborer afin de faire toute la lumière sur cette affaire, et surtout empêcher le nouveau baron du crime organisé, Clarence Devereux, de reprendre le flambeau de Moriarty et d'étendre son ombre sur Londres.

 

Ambiance tamisée, le Londres Victorien, Monsieur Anthony Horowitz est de retour ! Scénariste de films et séries à succès, et grand auteur de romans policiers, il reprend ici les personnages de Sir Arthur Conan Doyle pour la seconde fois (après la Maison de Soie). Grand spécialiste des intrigues noueuses, il nous tient par le bout du nez tout au long du roman, nous jetant de temps à autres des bribes d'indices ou de fausses pistes jusqu'à la révélation finale. La lecture peut être ardue pour un public trop jeune et non habitué aux vrais Polar, c'est sans doute pour cela que le livre est paru en jeunesse, MAIS AUSSI dans une édition pour adultes. A lire donc, mais à ne pas mettre entre toutes les mains si vous voulez que vos chers bambins aillent jusqu'à la fin. A partir de 14 ans.


Tamir


L'académie Kilter : Comment j'ai dégommé ma prof

de T.R. Burns


Seamus ne l'a pas fait exprès. C'est cet abruti de Bartholemew John qu'il visait quand il a lancé la pomme. Hélas ! La charmante nouvelle remplaçante l'a reçue en pleine poire et s'est effondrée raide morte. C'est comme ça que Seamus se retrouve à la très réputée et inquiétante Académie Kilter pour jeunes délinquants. Mais Seamus va vite réaliser que cette réputation n'est qu'une couverture, car pour briller à l'Académie Kilter, il faut être le plus indiscipliné possible. Mettre le feu à sa chambre, voler le portefeuille d'un surveillant, accumuler les attentats et les mauvais coups, et surtout tenter de dégommer l'intouchable Mr. Tempest, le professeur de Maths. Bref, l'Académie Kilter est la formation N°1 pour devenir un Pagailleur Professionnel...


Drôle, léger, plein d'aventure et de bons sentiments, "L'académie Kilter" nous fiche un coup de jeune, nous donne envie de jouer au Paintball et de monter des plans d'attaque complètement farfelus (mais qui marchent) ! Dans la lignée de Roald Dahl et de David Walliams, T.R. Burns nous offre ici un début de série prometteur qui ravira les jeunes lecteurs à partir de 9-10 ans ! En un mot : FUN !!


Tamir


Endgame T.1 L'Appel (10/10)

de James Frey

  

Ils sont douze.

Douze descendants des plus anciens peuples du monde. Toute leur vie, ils se sont entrainés, car un seul sortira vivant d'Endgame et permettra à son clan de survivre à la fin du monde. Choisissez votre joueur, tuez, combattez, cherchez, décodez, soyez prêt à tout et ne sous-estimez personne. Endgame a commencé. A vous de jouer...

 

Une réplique d'Hunger Games ? Pas tout à fait. C'est vrai que depuis quelques années, les romans sur des adolescents devant combattre pour survivre pullulent, mais Endgame pousse le concept à son paroxisme. Dans Hunger Games, nous suivons le personnage de Katniss Everdeen. Elle est l'héroïne et nous ne prenons pas trop de risques en supposant qu'elle survivra jusqu'au troisième tome. Même chose avec Triss (Divergente), Thomas (Le Labyrinthe). Mais pas avec Endgame, car dans Endgame, nous suivons les 12 joueurs en même temps. Chacun d'eux est une machine à tuer. Ils s'allient, se trahissent, s'espionnent et se torturent. Alors comment savoir lequel en sortira vainqueur ? Pour preuve, le joueur que je tenais pour favori s'est fait tuer sans que je n'ai rien vu venir ! Lire Endgame, c'est regarder un film d'action et d'aventure grandiose, sans longueurs et sans pauses ! Du grand spectacle et un véritable bijou de suspens !

 

Oh, et à propos. James Frey a dissimulé entre les pages du livre une énigme à échelle mondiale, pour vous, lecteur. Décodez, déchiffrez. Le premier à découvrir la vérité gagnera les 500,000 $ exposés à Las Vegas. De quoi titiller la curiosité, vous ne trouvez pas ?

 

A partir de 14-15 ans

 

Tamir


Le Joyau (8/10)

d'Amy Ewing

 

Le joyau est le centre du royaume, là où vivent les nobles et les rois de la Ville Solitaire. Pour une raison inconnue, les femmes du joyau ne parviennent plus à enfanter naturellement. Alors, chaque année, des ventes aux enchères sont ouvertes dans lesquelles des jeunes filles des campagnes sont vendues pour servir de mères porteuses à ces femmes, et ainsi, perpétuer la lignée. Violet est l'une de ces filles, un lot parmi tant d'autres. Auprès de la Duchesse du Lac, sa propriétaire, Violet va découvrir l'horreur des intrigues et des manigances de la cour.

Une idée de base franchement intéressante, et qui, en tant que femme ou jeune fille, nous parle immédiatement. Entre les différentes formes d'asservissements plus humiliants les uns que les autres, les examens gynécologiques et la grossesse forcée, on ne peut s'empêcher de s'identifier à ces jeunes filles et de se révolter contre cette loi ignoble. Le grandiose des robes meringues, des parures, et des bals s'ajoutent à l'ambiance déjà très féminine du roman et réveille notre côté "j'ai toujours voulu être une princesse". Bien qu'un peu cucu parfois dans les dialogues échangés entre Violet et son amoureux, on lit ce premier tome avec plaisir, émerveillement et indignation, et on ne peut s'empêcher de se poser des questions quant à la suite. Parfait pour les jeune filles à partir de 14 ans !

Tamir


Half Bad (9/10)

de Sally Green

 

Dans un monde où le racisme est cautionné par la loi, les sorciers blancs traquent et exterminent les sorciers noirs. Nathan est métis, fils d'une sorcière blanche et d'une sorcier noir, Marcus, le plus grand tueur en série connu à ce jour. Depuis plusieurs années, Nathan est entraîné, torturé, séquestré par les blancs. Son destin : tuer son père, ou être tué par lui. Mais le plus grand des dangers est en lui. Nathan parviendra-t-il à faire les bons choix, ou succombera-t-il à la haine qui lui dévore le coeur ?

 La première chose qui m'est venue à l'esprit en terminant Half Bad est "Tiens, ça change de d'habitude !". Certes, des histoires de sorciers, de guerres pour garder un "sang pur", de discriminations, on en a vu des tas. Mais ici, c'est le héros qui change la donne. Nathan est dangereux, violent, complètement instable, on sent, tout au long du livre, que selon les influences, il pourra devenir un type bien, ou un véritable psychopathe, et c'est en cela qu'il est intéressant ! Ajoutez à cela une tension insoutenable qui rend le lecteur complètement paranoïaque, suspicieux de tout et de tout le monde, et vous obtenez un excellent premier tome ! Pour l'instant, aucune information sur le nombre de tomes qu'il y aura.

Particulier, mais excellent (Les droits ont d'ores et déjà été achetés par le cinéma). A partir de 14 ans.

 Tamir

 


Les lumineuses aventures de Flora & Ulysse (10/10)

de Kate DiCamillo

 

Après Batman, Spiderman, et Superman, voici Ulysse , le super-écureuil !!

Avalé par l'aspirateur surpuissant de la voisine, Ulysse est ramené à la vie par Flora, une petite fille cynique, fan accomplie de comics. Maintenant doté de super-pouvoirs , l'écureuil n'a plus qu'une idée en tête : MANGER !! Et, ah oui ! Combattre les super-vilains.

 

Bourré d'humour et parsemé de planches de bande dessinée, ce roman est également touchant et émouvant dans le message qu'il transmet aux parents. Une jolie pépite de la rentrée qui fait entrer Kate DiCamillo dans la belle lignée de Roald Dahl et David Walliams. 

 

Une petite perle pour les enfants, garçons et filles, à partir de 10 ans.


Tamir


Terre-Dragon T.1 (8/10)

d'Erik L'Homme

 

Sheylis, apprentie sorcière, s'est enfuie de chez elle après que des villageois aient exécuté sa grand-mère pour sorcellerie. Ils sont maintenant à sa poursuite.

AEgir s'est évadé d'une prison dans laquelle il était enfermé depuis trois ans sans savoir pourquoi. Ses geôliers sont maintenant à sa poursuite.

Une rencontre décisive, un voyage initiatique, des secrets enfouis, quel destin hors du commun lie les deux adolescent, et quel avenir les attend au royaume de Terre-Dragon ?

 

On pourrait croire qu'après tout ce temps, Erik L'Homme aurait fini par nous lasser, par nous décevoir. Que Neni ! Le roi de l'Héroïc Fantasy pour enfant est de retour et il n'a rien perdu de son talent ! A partir de 12 ans.

 

A lire, du même auteur : La trilogie "Le livre des étoiles".


Tamir


Maintenant, c'est ma vie (10/10)

de Meg Rosoff

 

STOP !!! Ne vous fiez pas à cette couverture cucu la praline, ceci N'EST PAS l'histoire d'une gentille petite fée des bois. Cette histoire c'est celle de la guerre, de la troisième guerre mondiale qui éclate aujourd'hui, sans qu'on sache vraiment qui a attaqué le premier. C'est l'histoire de Daisy, jeune américaine envoyée chez ses cousins au fin fond de la campagne anglaise, loin du front. Mais pas assez loin...

Une histoire d'amour hors du commun, un réalisme horrifiant et une touche de mystique rassurante, Meg Rosoff réussit ici un coup d'éclat en nous représentant l'horreur de la guerre à l'Arrière plutôt qu'au front. 

 

Adapté en 2013 au cinéma avec Saoirse Ronan dans le rôle principal, le film est passé relativement inaperçu dans notre pays. Ne passez pas à côté du livre. L'un de mes plus gros coup de coeur de l'année. A partir de 14 ans.

 

Tamir

 


Agence Lockwood & Co. (10/10)

de Jonathan Stroud

 

REGLE N°1 : Ne jamais sortir une fois la nuit tombée (sous peine de mourir dans d'atroces souffrances).

REGLE N°2 : Ne jamais se laisser toucher par un Visiteur (sous peine de mourir dans d'atroces souffrances).

REGLE N°3 : Ne jamais se séparer de ses protections en fer (sous peine de mourir dans d'atroces souffrances).

Un Visiteur hante votre jardin ? Votre voiture ? Vos toilettes ? L'agence Lockwood est là pour vous en débarrasser ! Fini les Ghostbusters, voici les nouveaux spécialistes de la dératisation spectrale ! Suivez Anthony Lockwood, la jolie Lucy et le gros George dans un Londres infesté de fantômes, résolvez un meurtre vieux de cinquante ans, et survivez aux dangers du manoir de Combe Carey.

 

Une aventure grandiose, passionnante, et bourrée d'humour. Ce nouveau bijou de Jonathan Stroud est à lire de toute urgence !!! A partir de 12 ans.

 

A lire du même auteur : la trilogie de Bartiméus.

 

Tamir


Une arme dans la tête (7/10)

de Claire Mazard

 

Appolinaire est un jeune homme à part. "A problèmes" disent ses professeurs. "Au passé douloureux" dit son dossier scolaire. En effet, son passé le hante, le tue à petit feu. Appolinaire n'arrive pas à oublier. Il se souvient. Il se souvient de sa vie d'avant, alors qu'il était encore "Conan l'Effaceur", enfant soldat, tueur impitoyable dans son pays d'Afrique Noire. 

 

Un petit roman audacieux et particulièrement bien écrit qui traite d'un sujet rarement abordé auprès du public, et encore moins auprès d'un jeune public. Violent, poignant, déroutant, un bel ovni dans la grande famille de la littérature jeunesse.

A partir de 14 ans.

 

Tamir


Au bout du voyage (8/10)

de Meg Rosoff

 

Mila est une petite anglaise de 12 ans dotée d'un brillant esprit de déduction. A l'occasion des vacances de Pâques, elle accepte d'accompagner son père aux Etats-Unis pour rendre visite à Matthew, son ami d'enfance qu'il n'a pas revu depuis plusieurs années. Mais au moment de partir, la nouvelle tombe : Matthew a disparu. Est-il mort ? A-t-il eu un accident ? A-t-il décidé de partir en abandonnant femme et enfant ? Mila et son père sont bien décidés à résoudre le mystère...

 

"Au bout du voyage" est le tout nouveau roman de l'écrivaine américaine Meg Rosoff, auteur du merveilleux "Maintenant, c'est ma vie". Même si ce nouveau roman m'a bien moins chamboulée que le précédent, il faut tout de même lui accorder une écriture unique, un fantastique talent pour raconter des histoires poignantes, et surtout ! Une manière extraordinaire de faire passer de force ses personnages de l'enfance vers l'âge adulte, avec toute la souffrance et l'incompréhension que cela implique. A lire, donc, à partir de 13 ans.

 

Tamir


Lune et l'Ombre T.1 (10/10)

de Charlotte Bousquet

 

Lune a 13 ans, et elle est atteinte d'une étrange maladie : depuis cinq mois, elle voit le monde en noir et blanc. Aucun médecin ne semble pouvoir l'aider à guérir. Jusqu'au jour où, en regardant un prospectus pour une exposition d'oeuvre d'art à Paris, un tableau lui apparait en couleur. Déterminée à résoudre le mystère qui entoure sa maladie, Lune part à Paris. Mais c'est sans compter sur Malco, son inquiétant beau-père, bien décidé à la traquer et à l'empêcher de découvrir la vérité.

 

Partez dans une course poursuite effrénée à travers les rues de Paris et entrez dans le monde fantastiques des oeuvres d'art. Un roman court, très bien écrit, qui alterne brillamment entre aventure, et thriller fantastique. On court, on se fait peur, et en plus ! On découvre l'art. G-E-N-I-A-L !!! Une pure merveille !!! A partir de 10 ans.

 

Tamir

 


Virus 57 (9/10)

de Christophe Lambert et Sam VanSteen

 

Et si la fin du monde ne venait pas d'un astéroïde, d'un invasion d'aliens ou d'une troisième guerre mondiale ? 

Et si l'extinction de l'humanité venait plutôt d'un virus ? Un minuscule virus si contagieux et coriace que rien ne lui résisterait ? 

Et si ce virus grandissait discrètement dans les corps de 57 adolescents disséminés sur tout le territoire américain ? 

 

Voici LE thriller scientifique de l'année ! Ecrit comme un roman policier pour adulte, ce roman nous fait jongler entre différents personnages tous plus charismatiques et intéressants les uns que les autres. Le suspens est haletant, et l'écriture tellement riche que l'on a l'impression de regarder un film plutôt que de lire un livre. Je ne suis franchement pas friande de romans policiers, mais il faut dire que celui-là est une perle rare, parfait de bout en bout. Stressant, émouvant, poignant. Mon seul regret : qu'il n'y ait qu'un seul tome. A partir de 14 ans.

 

Tamir


La dose (6/10)

de Melvin Burgess

 

Une nouvelle drogue a envahit le marché londonien : le Raid. Une capsule et votre vie devient un véritable rêve pendant une semaine. Après cette ultime semaine, vous mourez. Adam est tenté. sa vie sentimentale et familiale sont un fiasco, et aucun avenir radieux ne l'attend. Alors, qu'a-t-il à perdre ? 

 Une course poursuite contre la montre et une immersion dans le monde des gangsters et des dealers de drogue, "La dose" nous plonge dans une société en pleine rupture sociale, et nous impose sa vision d'une jeunesse désabusée qui n'a plus aucun espoir de voir un jour le monde s'améliorer. 

 

Une idée de base géniale, un bon roman, une intrigue qui nous tient en haleine. Il ne m'a manqué qu'une chose (et malheureusement une chose de taille !) pour vraiment apprécier ce roman : un héros charismatique auquel je puisse m'attacher et qui m'inspirerait autre chose que mépris, pitié et dégout.  A partir de 14 ans.

 

Tamir


Écrire commentaire

Commentaires : 0